Hommage à Frank Popper

L’AICA rend hommage au critique et théoricien de l’art contemporain Frank Popper, un de ses éminents membres historiques, décédé le 12 juillet 2020 à Lugano à l’âge de 102 ans. Ses ouvrages, traduits dans plusieurs langues, et ses expositions saluées à l’international, ont écrit des pages importantes de l’Histoire de l’art. Ses recherches portent notamment sur l’art cinétique et les rapports entre art et sciences, ainsi que sur l’interactivité entre l’oeuvre et le spectateur.

Né  le 17 avril 1918 à Prague, Frank Popper a successivement vécu à Vienne, Londres, Rome et Paris où il s’établit définitivement en 1955. Docteur en Esthétique avec une thèse sur L’image du mouvement dans les arts plastiques depuis 1860 soutenue en 1966, puis docteur d’Etat avec l’Art Cinétique, en 1970, et il est parmi les fondateurs du département Art de l’Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis où il dirige le département Arts plastiques de 1970 à 1983. En 1976, il est nommé professeur titulaire d’Esthétique et Sciences de l’Art et, en 1985, professeur émérite.

Frank Popper est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’art cinétique, dont Naissance de l’art cinétique (Paris/Londres/Greenwich, Conn., 1967-68) et Die kinetische Kunst (Cologne, 1975). Il organise également des expositions pionnières marquantes, telle Kunst-Licht-Kunst au Stedelijk Van Abbemuseum à Eindhoven (1966) et Lumière et Mouvement au Musée d’art moderne de la Ville de Paris (1967). 

Explorant, plus avant, les champs ouverts par l’Art cinétique, Popper sonde aussi la convergence entre les notions d’environnement et de participation du spectateur dans les arts depuis le milieu des années 1960. Sa réflexion sur les relations entre l’artiste, le théoricien et le spectateur est au cœur de son ouvrage Art, Action et Participation : l’artiste et la créativité aujourd’hui (1ère édition à Paris, Londres et New York en 1975), réédité et traduit à de nombreuses reprises. C’est aussi dans ce cadre de pensée qu’il conçoit pour la 6e édition de la Biennale Internationale des jeunes artistes à Paris en 1969 un « Atelier du spectateur » expérimental fondé sur la participation non contrôlée du public, qui est interdit le jour même de son vernissage par les forces de l’ordre.

Passionné par les relations entre art contemporain et technologie, Frank Popper s’intéresse, également, aux arts technoscientifiques et aux arts de l’interactivité, à l’utilisation artistique du laser, de l’holographie, de la vidéo, de la télécommunication et de l’image numérique. En témoignent le catalogue de l’exposition Electra : L’électricité et l’électronique dans l’art au XXe siècle (Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 1983-84) ainsi que son ouvrage L’Art à l’âge électronique (Paris/Londres/New York, 1993). Dans les années 1990, Frank Popper publie un ouvrage rétrospectif sur sa vie, sur l’art et la critique d’art, Réflexions sur l’exil, l’art et l’Europe : entretiens avec Aline Dallier (Paris, Klincksieck, 1998).En 2008, à l’occasion de la parution de ses livres From Technological to Virtual Art (New York, MIT, 2006) et Écrire sur l’art : de l’art optique à l’art virtuel (Paris, L’Harmattan, 2007), l’INHA organisa une rencontre avec Frank Popper.  Plus récemment, son projet pour l’Atelier du spectateur et sa théorie de la participation ont fait l’objet d’un séminaire du programme de recherche « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris ».
D’après les Archives de la Critique d’Art, Rennes.


Portrait de Frank Popper, publié dans CRITIQUE D’ART n°30, automne 2007, p. 116.

Posts created 41

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
error: Content is protected !!