POINT DE VUE

L’AICA France s’associe au Réseau documents d’artistes et au journal The Art Newspaper France autour du programme « Point de vue » initié par le Réseau DDA, qui vise à la rédaction et la publication d’un texte critique s’appuyant sur les sites ressources documents d’artistes. Nous publions ici le 4ème texte d’une des quatre lauréates, membre de l’AICA France Vanessa Morisset. Ce texte est également publié dans le journal The Art Newspaper France et sur le site de Réseau documents d’artistes.

Book blocs

Par Vanessa Morisset

Inventé à Rome par des étudiant-e-s de l’Université de la Sapienza lors de manifestations en 2010, le dispositif des book blocs consistait à invoquer des livres, tels que Don Quichotte de Cervantes Moby Dick de Melville, pour en faire des boucliers. Dans une pièce de 2018, Jean-Baptiste Ganne reprend ce dispositif en y ajoutant ses références, créant ainsi une bibliothèque de survie. Et il se pourrait qu’il ne soit pas le seul et que d’autres artistes puissent iels aussi potentiellement brandir d’autres livres à cet usage…

/Book blocs
À la croisée de l’activisme politique, de la littérature — et de l’art

Objets aussi faciles à confectionner que leur effet est radical, avec quelques morceaux de carton, des plaques de plexiglas, des bombes de peintures, feutres noirs et bouts de ficelle, les book blocs1 ont été inventés à Rome par des étudiant-e-s de l’Université de la Sapienza en 2010 pour manifester contre la politique de Berlusconi ; puis ils se sont répandus, sous des formes plus ou moins identiques ou variables, mais incarnant toujours — de manière percutante — l’idée que la philosophie, la littérature, la poésie, peuvent être sinon une arme, au moins une protection2. Car les book blocs sont à proprement parler un bouclier servant à faire face, en masse, aux coups des armoiries policières, par le biais du titre et du nom de l’auteur-trice d’un livre (inscrits sur un support bien rigide, tout de même)3.

Jean-Baptiste Ganne, Book Block,
Techniques mixtes,
Détail de l’installation à la Galerie Territoires Partagés, Marseille, 2018, ©adagp

Jean-Baptiste Ganne, avec son installation Book Block4 de 2018, constituée de trente-et-une pièces réalisées en suivant le mode d’emploi communiqué par les manifestant-e-s romain-e-s sur YouTube,5 fait rentrer cette pratique dans l’espace réel et symbolique de l’art6, amplifiant le questionnement d’origine: et l’art ? Peut-il aussi être une arme ou une protection, contre la brutalité dans laquelle sombrent nos sociétés ? Son œuvre a par conséquent autant à voir avec la place des artistes dans les luttes — à savoir : de quel côté du pouvoir sont-iels ?— qu’avec la « lecture-artiste » pour reprendre l’expression du collectif de chercheur-se-s qui ont adopté cette dénomination (à l’initiative de Lison Noël)7. Mieux, elle les pense ensemble, Jean-Baptiste Ganne connaissant à la fois très bien les textes évoqués par ses boucliers que le contexte dans lequel ils peuvent être utilisés. C’est donc un rapport double au livre que son œuvre manifeste, au cœur de la problématique réactualisée par les manifestations de ce début de XXIe siècle de l’interaction possible entre activisme et art (par exemple avec le mouvement « Art en grève »), avec côté pile le nom de l’auteur-trice et le titre, côté face les ficelles qui permettent de le tenir près du corps pour se protéger. Et la portée symbolique en est d’autant plus forte que les livres cités ne sont pas systématiquement des ouvrages militants ou politiques. Parmi les book blocks de Jean-Baptiste Ganne, on trouve certes Maintenant du Comité invisible, The Abolition of Work de Bob Black (et son ancêtre Le Droit à la paresse de Paul Lafargue), mais également des ouvrages théoriques sur la photographie, Photographie et société de Gisèle Freund, Un art moyen de Bourdieu, et de la littérature, Fin de partie de Samuel Beckett, Fictions de Borgès, Tortilla Flat de Steinbeck…

Cette diversité fait écho aux book blocs romains originels qui brandissaient des Moby Dick de Melville, des Cent ans de solitude de Garcia Marquez, des Tropique du cancer de Miller…soit aussi des livres écrits à des époques différentes. Profitons de cette courte énumération pour souligner que les livres-boucliers se limitent formellement à des aplats de couleurs, des noms et des titres, éléments de paratexte identifiés par Gérard Genette comme des « seuils » qui ouvrent sur l’univers du livre tout entier en conditionnant sa réception8. Lire la couverture d’un livre c’est déjà le lire un peu, le rêver ou se souvenir du moment où on l’a lu. Telle est en effet la puissance de ce types de mots qui suffisent à rendre présent le livre qu’ils désignent en totalité, voire la totalité de tous les livres. Utilisés de surcroit comme boucliers, noms et titres voient leur puissance de rayonnement symbolique se combiner avec une force de résistance littérale.

Jean-Baptiste Ganne, Book Block,
Techniques mixtes,
Détail de l’installation à la Galerie Territoires Partagés, Marseille, 2018, ©adagp

D’autres artistes pourraient-iels potentiellement brandir d’autres book pour faire bloc ? C’est-à-dire, d’autres artistes auraient-iels, plus implicitement certes, mais avec un investissement égal, des livres qu’iels, s’iels en avaient l’occasion, pourraient utiliser dans ce sens, comme des protections, sous la forme d’emblèmes, d’étendards… ?


On peut d’ores et déjà songer au Bartleby de Melville qui aurait pu être le book bloc de bien des philosophes, de Blanchot à Agamben, qui lui ont consacré des études9. Il a été une référence pour le mouvement Occupy Wall Street en 2011, comme il l’a été pour Jean-Yves Jouannais dans son ouvrage Artistes sans œuvres, sous-titré « I would prefer not to »10Bartleby fait bien sûr partie des trente-et-un boucliers de Jean-Baptiste Ganne. La nouvelle est même à vrai dire à l’origine de l’écriture de ce texte et de ma réflexion sur la puissance de certains livres, celle-ci étant dans le cas de Bartleby incroyablement inversement proportionnelle à la brièveté du texte. Rarement en effet un si court écrit n’aura suscité autant d’interprétations, d’interprétations d’interprétations, de disputes, de revendications, et de lectures éclairées par des questions actuelles11.

Jean-Baptiste Ganne, Book Block,
Techniques mixtes,
Détail de l’installation à la Galerie Territoires Partagés, Marseille, 2018, ©adagp

Mais d’autres livres apparaissent dans le travail d’artistes qu’iels lisent et intègrent à leur travail comme des textes manifestes de leur démarche ou de leur sensibilité.

Ainsi Anne-Valérie Gasc a travaillé à partir des trois premiers livres d’Ed Ruscha, datant du début des années 1960, qu’elle a réinterprétés dans un sens proprement explosif. Pour elle, Twentysix Gasolin Stations de 1963 Various small fire and milk de 1964 et Some Los Angeles Apartments de 1965 peuvent être lus à l’aune de la célèbre confession de Stéphane Mallarmé « je ne sais pas d’autres bombes qu’un livre », ce qui transforme l’ensemble en une trilogie du combustible, de la mise à feu et de la cible d’attaque. Cette lecture audacieuse s’est traduite dans son œuvre par la conception à rebours de trois petits livres qui reprennent à l’identique la mise en page des couvertures originales, Some Belsunce Apartments (2008) sur la gentrification de Marseille, Various Small Sparks (2014), sur le dynamitage de dix tours (l’ensemble Démocratie à Vénissieux)12 et Twentysix Blank Rocks (2017)13 où il s’agissait avec de l’encre noire appliquée sur d’anciennes pierres lithographiques de « faire un livre qui a l’énergie incendiaire de tous les mots et toutes les phases de tous les livres possibles et imaginables »14. On assiste par conséquent ici à un déplacement du livre-source qui révèle sa capacité potentielle à se dépasser lui-même: à sortir de son registre propre pour s’étendre bien au-delà. De même que les book blocs romains réduisaient les livres à une couleur, un nom et un titre pour mieux les revendiquer comme bouclier, Anne-Valérie Gasc remanie les éditions de Ruscha de manière à faire surgir à nos yeux comme un pouvoir magique capable de défier le monde matériel.

Jean-Baptiste Ganne, Book Block, 2018
élément / détail de l’installation
Collection FRAC PACA, Marseille

De défi et de destruction, il est aussi question dans Les choses superflues de la vie (1839) de l’auteur romantique allemand Tieck, qui pourrait être le book bloc de Babeth Rambault. Dans ce roman, un couple très amoureux décide de brûler la rampe d’escalier qui conduit à leur appartement, à l’étage d’une maison, pour en faire du bois de chauffage, se coupant ainsi du monde. Dans une œuvre intitulée Feu la rampe (2012), l’artiste fait subir à son exemplaire de ce livre une opération qui fait écho à cette décision. Constatant que dans l’édition de la traduction française du roman chez Aubier les pages se détachent une à une sitôt qu’on les tourne, comme un livre qui s’autodétruit au fur et à mesure qu’on le lit, Babeth Rambault a transformé le sien en accentuant cette bizarre caractéristique: elle a retourné le livre sur lui même, plaçant en première page le passage où se déroule l’action centrale de l’histoire. « Ce qui m’intéresse dans ce passage, déclare-t-elle, c’est que la décision d’autarcie des personnages trouve ici son point culminant dans le geste de détruire la colonne vertébrale de leur rapport à l’expérience : la rampe. De cet élément sensément essentiel, ils font un élément superflu pour lui restituer une identité sobrement matérielle de bois de chauffage» 15. Là encore, les valeurs immatérielles s’opposent aux valeurs matérielles, ce que l’intervention de l’artiste sur le livre nous place littéralement sous les yeux. Avec cette œuvre où la « lecture-artiste » prend une forme radicale, l’intérieur du livre devient première de couverture, potentiel bouclier, affichant pour qui se donne la peine de lire le texte, une parabole exprimant l’idéal d’une vie en autarcie.

Anne-Valérie Gasc, Some Belsunce Apartments, 2008
18 x 14,2 cm, 700 exemplaires, Auto-édition, Marseille + Herman Melville, Bartleby le scribe, Montreuil, Éditions Libertalia, 2020

D’autres œuvres d’autres artistes qui envisagent les livres non pas comme des références savantes, mais des sources vivantes qui peuvent à tout moment être activées, tels les book blocs des manifestant-e-s romain-e-s de 2010, restent encore à explorer et la liste ne manquera pas d’être étendue.

Mais dans l’absolu, pour que cette réflexion soit complète et effective, on ne peut que se référer aussi à d’autres book blocs, ceux-ci fictifs, les hommes/femmes-livres à la fin du roman de science-fiction de Ray Bradbury Fahrenheit 451, pour qui s’il y a quelque chose à sauver dans un monde à la dérive, parce qu’ils peuvent nous sauver, ce sont bien les livres.


Notes :

1 Dans les publications les deux orthographes book bloc et book block sont utilisées. L’une n’ayant pas de raison particulière d’être choisie aux dépens de l’autre, j’ai respecté le choix de celles et ceux qui recourent à ce terme.

2 Cette remarque fait écho à l’ouvrage collectif « Toi aussi tu as des armes ». Poésie & politique, Paris, La Fabrique éditions, 2011, dont le titre, comme le rappelle Jacques-Henri Michot dans sa contribution, est une reprise de la dernière phrase du Journal de Kafka, « Plus que de la consolation est: toi aussi tu as des armes » (cité p. 105), Kafka exprimant plus la recherche d’un réconfort de soi à soi en dernier lieu qu’une détermination guerrière pour faire légion. Dans ce sens, il serait intéressant de s’attarder sur le différence entre une arme et une protection.

3 On a pu voir dans un second temps apparaitre des book blocs confectionnés avec des photocopies agrandies de couvertures d’éditions réelles. Etant donnée la pauvreté (en général) des maquettes et de l’iconographie choisies par les éditeurs classiques, ils sont à mon sens moins beaux et moins efficaces que les book blocs romains.

4 http://www.documentsdartistes.org/artistes/ganne/repro32.html

5 On pourra prendre connaissance de la recette complète ici: https://www.youtube.com/watch?v=0pAea8o__b8

6 D’abord exposée à la galerie associative Territoires partagés de Marseille du10/05/2018 au 30/06/2018, l’installation a été acquise par le FRAC PACA

http://www.lescollectionsdesfrac.fr/rechercher-et-voir-les-oeuvres-des-collections-des-frac#/artwork/450000000095446?filters=collection%3AFrac%20Provence-Alpes-Côte%20d%27Azur,,authors%3AGANNE%20Jean-Baptiste↹GANNE%20Jean-Baptiste&page=1&layout=grid&sort=by_author

7 Pour se faire une idée du travail de ce groupe: https://www.centrepompidou.fr/fr/ressources/media/X9pgPsF

8 Dans ce livre, Seuils, Paris, éd. du Seuil, 1987, qui fait lui-même partie de ceux dont on se dit: comment ai-je pu vivre jusqu’alors sans l’avoir lu, Genette consacre un chapitre au nom propre de l’auteur-trice et le suivant aux titres. Il retrace l’histoire de leur usage et analyse la manière dont ils donnent accès au texte.

9 Gisèle Berkman, dans L’Effet Bartleby. Philosophes lecteurs, Paris, Hermann, 2011 analyse brillamment les lectures de Blanchot, Deleuze, Derrida et Agamben (et recueille le point de vue moins enthousiaste de Jean-Luc Nancy).

10 Jean-Yves Jouannais, Artistes sans œuvres. I would prefer not to, Paris, Hazan, 1997. Une deuxième édition augmentée est parue chez Gallimard, en 2009, avec une préface de Enrique Vila-Matas, auteur de Bartleby et compagnie, ouvrage constitué d’un texte fantôme avec des notes de bas de pages, paru en 2003 chez Christian Bourgois.

11 En témoigne la réédition aux éditions Libertalia en 2020, dans la nouvelle traduction de Noëlle de Chambrun et Tancrède Ramonet, qui insiste sur le contexte de la naissance du capitalisme financier à Wall Street.

J’ai moi-même fait cours pendant deux ans à l’ESAD de Reims à partir de la nouvelle en explorant une multitude de directions telles que le motif de la fenêtres aveugles, l’histoire de la photocopie, les bullshits jobs, les fantômes…

12 Archive INA: https://www.youtube.com/watch?v=Xk-Je1eQ5po

13 http://www.documentsdartistes.org/artistes/gasc/repro13-1.html

http://www.documentsdartistes.org/artistes/gasc/repro13-4.html

http://www.documentsdartistes.org/artistes/gasc/repro13-5.html

14 Entretien avec l’autrice en janvier 2021

→ https://www.youtube.com/watch?v=SjDCCQMWZ98&t=1792s

15 Documents d’artistes Bretagne http://ddab.org/fr/oeuvres/Rambault/Page3


LES ARTISTES


Posts created 124

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
error: Content is protected !!