Mikaël FAUJOUR

Collaborateur d’Artension depuis 2014, de la Revue de la céramique et du verre (2017-2020) et de Marianne depuis 2019, je rends compte de coups de cœur, me fends de billets d’humeur sur les aberrations de l’art institutionnel ou financier, m’efforce à analyser ce que cet art — le pire comme le meilleur — dit de notre temps et, dans les meilleurs cas, ce qu’il dit de la belle et tragique condition humaine.

Autres :

  • dossier sur les rapports entre peinture et arts graphiques (dessin, peinture) pour la revue Camera (2018) ;
  • « Torture Porn : extrémiser l’extrême », essai sur le cinéma d’horreur extrême, dans l’ouvrage collectif Divertir pour dominer 2 des éditions L’échappée (2019) ;
  • préfaces et/ou textes pour la peintre et sculptrice Rūta Jusionytė, la sculptrice Lorena Asensio, les peintres Juan Manuel Díaz Puerta, Éric Roux-Fontaine, Mikko Paakkola, le « sculpteur » verrier Antoine Leperlier ;
  • direction de « La vie en verre », hors-série n°28 d’Artension sur l’art contemporain en verre (2020) ;
  • préface de la réédition  de L’Empire du non-sens de Jacques Ellul (sorti initialement en 1980), aux éditions L’échappée (janvier 2021).

Je défends et reste attaché à une critique telle que l’a définie Charles Baudelaire : « partiale, politique, passionnée », refusant le galimatias conceptuel et l’aridité du non-style.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
error: Content is protected !!