Portrait d’Inès Champey

ineschampeyInès Champey a collaboré à la revue Art Press durant les années 80, puis a rejoint Pierre Bourdieu comme collaboratrice de sa revue européenne Liber fondée en 1989. En 1994, elle écrit la préface de Libre-Echange, livre d’entretiens de Pierre Bourdieu avec l’artiste Hans Haacke (Seuil, 1994), et en 1999 elle sollicite la venue du sociologue à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes, alors dirigée par Nadine Descendre, pour répondre à des attaques contre « l’art contemporain ». L’intervention de Bourdieu «  Questions sur l’art pour et avec les élèves d’une école d’art mise en question » sera publiée en 2001 dans Penser l’art à l’école (Actes Sud), ouvrage collectif qui contient le texte d’I. Champey « L’art sous le signe du ‘regardeur’  », ainsi que des textes par C. David, P. Cassagnau et R. Denizot. A la suite du décès de Bourdieu en 2002, elle publie : « L’art selon Pierre Bourdieu », Le Journal des Arts n°142/8 février 2002 ; « The Sociologist’s Eye », October n°101/été 2002 (en français dans Rencontres avec Pierre Bourdieu, éd. du Croquant 2005), et « L’art et le sociologue » in Art et savoir, de la connaissance à la connivence (L’Harmattan, 2004). Sa pratique prend appui sur une conception non-essentialiste de l’artiste et de la création artistique, ce dont témoignent des textes comme « Un formalisme réaliste » in Formalisme, jeu des formes (Publications de la Sorbonne, 2001) et « L’autonomie de l’artiste » in Penser l’art et la culture avec les sciences sociales, en l’honneur de Pierre Bourdieu (Publications de la Sorbonne, 2002) ; dans son texte « La valeur ‘art’ » in A propos de la culture (L’Harmattan, 2008), elle préconise « l’auto-déconstruction des déconstructeurs » en invitant les artistes post-modernes à utiliser la forme inédite de connaissance de soi initiée par Bourdieu pour appréhender la valeur de position historique du préfixe « post » de façon pleinement critique et non comme une simple donnée chronologique. De ce point de vue, elle considère Andrea Fraser comme exemplaire et a contribué avec le texte « Andrea Fraser, l’art et la vie revisited » au numéro que la revue Initiales a dédié à cette artiste (Initiales A.F, 2015, Ensba Lyon). Parmi les démarches artistiques auprès desquelles elle s’est engagée, elle s’est particulièrement attachée à celle de Patrick Saytour pour sa qualité expérimentale (cf. notamment Zone Libre, CNAC, 1989 ; PATRICK SAYTOUR 90.00, ed. Musée de l’Objet, Blois, 2001 ; Patrick SAYOUR, IAC éditions, 2013).

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page