Portrait de Robert Fohr

roberthforh‌Né à Alger en 1954, historien et historien de l’art de formation, Robert Fohr a été pensionnaire de l’Académie de France à Rome de 1981 à 1983 après des études supérieures au Lycée Henri IV et à l’Université Paris IV. Auteur du catalogue Peintures françaises et italiennes du XVIIe siècle des musées de Tours (Paris, RMN,1982), de Georges de La Tour. Le maître des nuits (Paris, Adam Biro, 1997 ; nouvelle édition mise à jour et amplifiée, Paris, Cohen & Cohen, février-mars 2018) et de Daumier sculpteur et peintre (Paris, Adam Biro, 1999), il a été co-commissaire, avec Jean Leymarie, de l’exposition Daumier e Rouault (Villa Médicis, 1983-1984). Il a traduit le livre de Francis Haskell Rediscoveries in Art : Some aspects of taste, fashion and collecting in England and France, Cornell University Press, 1976 (La Norme et le Caprice. Redécouvertes en art, Paris, Flammarion,1986), a collaboré à la traduction  du catalogue d’exposition collectif dirigé par William Rubin, Primitivism in 20th century art : Affinity of the Tribal and the Modern, New York, MOMA, 1984-1985 (Le Primitivisme dans l’art du XXe siècle, 2 vol., Flammarion, 1992) ainsi qu’à l’ouvrage collectif dirigé par Alain Gruber, L’Art décoratif en Europe (3 vol., Paris, Mazenod, 1992-1994). De 1987 à 1992, il a écrit au Quotidien de Paris et dans d’autres supports comme critique d’art et historien de l’art. Ensuite il a dirigé le service de la communication et du mécénat de la Direction des musées de France au ministère de la Culture, a assuré, sous la direction de Françoise Cachin, directeur des musées de France, la conception et l’organisation du colloque “Pillages et restitutions. Le destin des oeuvres d’art sorties de France pendant la Seconde Guerre mondiale” (Paris, 1996, actes édités par Adam Biro pour la Direction des musées de France, Paris, 1997). Depuis février 2006 il dirige la mission du mécénat du même ministère. Il prépare actuellement une monographie sur le peintre Antoine-Jean Gros (1771-1835) et poursuit des recherches en vue d’une publication sur l’art à Paris autour de 1600. Il donne depuis 2001 un cours sur le mécénat et les fondations à l’université Paris 1 et à l’IESA.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page