Portrait de Michèle Cohen-Hadria

silhouettefemmeMichèle Cohen-Hadria est née à Tunis en 1950. Elle initie en 1998 une recherche sur les créations du Monde arabe à travers articles et textes de catalogue. En 2000, « Chronique d’une Invisibilité » publié par N.Paradoxa traite de l’oeuvre de neuf artistes palestiniennes des territoires occupés. En 2003, elle propose à Nicole Brenez, à la Cinémathèque Française, un corpus de documentaires expérimentaux et/ou poétiques du Maghreb et du Machrek et signe un article pour Third Text :

« Rien de nouveau sous le soleil occidental ». La question du Monde arabe la porte à se pencher sur les études postcoloniales et sur le féminisme. « Trois artistes Tunisiennes », entretiens avec Mouna Karray, Moufda Fedila et Nicène Kossentini paraît aux éditions en ligne Katy Press (2013), aux lendemains des soulèvements populaires tunisiens. Intéressée par le flm expérimental, la vidéo, la photographie contemporaine, elle collabore actuellement avec Ciel Variable (Montréal), Camera Austria (Graz/Autriche) et Jeune Cinéma (Paris).

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page