Portrait de Malvina Bompart

malvinabompartvignetteTitulaire d’un D.E.A d’Arts Plastiques et d’une Maîtrise d’ Histoire de l’art (Paris I – Sorbonne), je me suis orientée vers l’enseignement artistique, l’écriture et la recherche plastique. En tant qu’artiste intervenant j’ai collaboré avec le Forum du Blanc Mesnil et, en tant qu’historienne de l’art, j’ai dispensé des cours/conférences pour l’Ecole d’Art Maryse Eloy, dans les musées parisiens. Pendant plusieurs années j’ai travaillé dans les archives du peintre André Hambourg en vue de la documentation du catalogue raisonné de l’œuvre de l’artiste, publié en deux tomes aux Editions Desgandchamps en 2009. Parallèlement je poursuis une activité de critique dans la presse spécialisée, j’accompagne des projets d’artistes et développe une collaboration de longue date avec la galerie Popy Arvani. Plus récemment, j’anime des ateliers d’expression artistique à l’Hôpital de jour « Le Ginkgo » (CHI Robert Ballanger, Aulnay-sous-bois), en organisant également des expositions et conférences et en participant aux colloques. Mon immersion dans le processus créatif des et avec les patients psychiatriques m’a incité à entreprendre une formation d’art thérapie (Faculté Libre de Médecine de Lille et AFRATAPEM) et d’axer mon Mémoire sur les enjeux de réception, esthétiques, sociaux et politiques que l’exposition des œuvres des patients psychiatriques peut engendrer. Depuis, mes centres d’intérêt se sont élargis et mes recherches actuelles portent sur les différentes zones de contact entre les travaux issus du milieu psychiatrique et les avant-gardes des années dix et des années soixante-dix. Les questionnements que cette mise en perspective peut soulever sont à envisager sous l’angle d’une méthodologie inspirée de l’approche anthropologique du phénomène artistique. Les interactions de la peinture avec l’écriture (scription et texte) et la littérature (ekphrasis) constituent un autre pôle d’attraction, dans la continuité de mes travaux universitaires consacrés au statut des inscriptions dans les œuvres issues du contexte des avant-gardes historiques et dans l’œuvre de Magritte. Ma plus récente publication est une contribution intitulée «  L’hétérogénéité plastique et sémantique des papiers collés cubistes, un cas de description augmentée » dans l’ouvrage collectif « L’œuvre dans le discours : Projet, signe, forme », sous la direction de Denis Huneau, Nathalie Le Luel, Laura Naudeix et Anne Vincent, paru aux Editions Delatour-France/UCO Université de l’Ouest, en 2017. Par ailleurs, directrice artistique sur le film de la pianiste Lorenda Ramou, « Goya –Beethoven, chemins du silence », j’ai été l’auteur du texte sur Goya.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page