Bracy portrait WEBEn décembre 2013, j’ai signé un article intitulé « une esthétique du désenchantement » pour le catalogue de la dernière exposition de Michel Rovelas, artiste phare guadeloupéen. Le thème de son exposition de peintures et de sculptures était : « Mythologies créoles, les anciens, toujours existants et toujours vivants ». Les points essentiels de cette exposition portant selon moi sur les notions de mythe, d’identité, de tragique, de désenchantement et de résistance. Cependant la Guadeloupe offre peu d’occasions d’assister à des prestations pertinentes d’arts plastiques, outre le fait que l’on ne peut évidemment pas assister à toutes les expositions.. Je vais cependant résumer quelques interventions qu’il m’a été possible de faire en l’année 2013. Ainsi, pour la revue du C.E.R.E.A.P, recherche en esthétique n°18 pour le thème annuel proposé, à savoir « Transgression(s) », j’ai rédigé un article intitulé : « transgression, avancées et/ou régressions » afin de situer entre les années 70 et les années 80 la complexité des rapports entre la vie culturelle et artistique en métropole et la complexité à produire en Guadeloupe compte tenu d’une méconnaissance des pratiques plastiques dans leur diversité et leurs enjeux. Toutefois je signale que les offices municipaux de la culture, principalement ceux de Basse-Terre et de Pointe-à-Pitre firent durant ces années-là un travail méritoire avec des budgets de fonctionnement assez réduits, et face à une adversité politique acharnée à nuire. Pour le n°19 de la revue recherche en esthétique, je propose un travail de réflexion intitulé : « le sujet, le contexte et la totalité », afin de tenter de définir l’importance des jeux et enjeux pratiques et théoriques dans l’expression plastique, sur la base d’une étude de quelques artistes modernes, historiques et contemporains, à savoir : Braque, Matisse, Mondrian, Malevitch et Bacon. Le travail mis en corrélation et par opposition avec le contexte caribéen, articulé à l’histoire des arts et au contexte antillais. Ainsi je cite les peintres Stanislas Musquer dit STAN, Thierry Major, Alain Joséphine. Cette année 2013 m’a aussi donné l’occasion de faire l’analyse critique d’un projet de sculpture monumentale : « Echelle 44 » destiné au futur musée Mémorial ACTe. Cet article fait donc partie du dossier de l’artiste plasticien Jean-Marc Hunt, créateur choisi et présenté par l’architecte Pascal Berthelot aux responsables du conseil régional ainsi qu’a monsieur Lurel, ministre des outremers. L’oeuvre en question, conçue comme un assemblage d’échelles imbriquées les unes dans les autres s’élèvent vers le ciel comme un rappel de la complexité culturelle des guadeloupéens, des difficultés sociales et économiques auxquelles ils doivent s’affronter, et qui donnèrent lieu à 44 jours de grève générale et de revendication au respect et à la dignité humaine. Enfin, critique d’art intervenant dans le cadre de Art Bémao Intramuros, manifestation internationale d’art contemporain – jeune création – du 5 juillet au 14 décembre 2013, à la bibliothèque multi-média Paul Mado. Six mois d’expositions d’arts visuels : peinture, sculpture, installations, photographies, design, sous le commissariat de Jean-Marc Hunt. J’ai rédigé le bilan de trois années successives de cette prestation, ainsi que l’analyse des oeuvres sur le thème générique suivant : « le mouvement comme création ». Les créateurs invités à cette troisième édition sont : Kelly Sinnapah, Samuel Gélas, Jérémie Paul, Jérôme Jean-Charles, Ronald Cyrille (dans les catégories peinture, scupture et installation). Philippe Thomarel et Thierry Major (idem). Dans les catégories art numérique, et vidéo : David Gumbs et Yves Bercion. Une performance Body Painting par Alone. Puis François Piquet (sculpture), Auré (design), Jean- Marc Hunt (sculpture et installation). En photographie : David Damoison, Sarah Maneiro, Nyaba Ouedraogo. (plus une conférence de ces derniers sur la photo). J’ajoute que j’ai moi-même fait une conférence dont le thème a été cité plus haut. Le catalogue de cette édition devrait en principe sortir au mois de mars 2014.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page